> Découverte
Découvrir les Alpilles !

Villages de la Montagnette : Barbentane

Un peu d' histoire

La première société structurée à séjourner durablement à Barbentane fut les Ligures. De nombreux vestiges le prouvent. Au fil du temps, l’association de ces peuplades du nord de l’Italie avec les envahisseurs Celtes venus de Belgique a donné un superbe mariage, les Celto-Ligures.

Vint ensuite l’époque de la Pax Romana, la bien nommée puisqu’elle dure 5 siècles, dont il nous reste de nombreux vestiges (sarcophages, fondations dans le haut du village, etc).



A ce temps de paix succède celui des invasions. Il est impossible de résumer cette période, cela reviendrait à écrire un livre, disons que, dans l’ordre, il y eut les Alamans, les Vandales, les Wisigoths, les Bourguignons, les Ostrogoths, les Francs, les Lombards, les Arabes, les Normands et pour finir les Sarrasins ! Les pillages des uns et des autres amenaient des épidémies, telles que la peste et la lèpre, et devaient s’ajouter à une malaria endémique dans cette plaine inondable. De ce fait, il ne reste rien de toute cette époque qui a tout de même duré près de cinq siècles.

C’est donc au IXe siècle que les habitants du lieux recommencèrent à bâtir, aux abords de leur ancien oppidum qui devait se situer à la place actuelle de la tour, des fortifications qui font le charme actuel du village. C’est à partir de cette époque que l’on trouve les premières traces écrites de Barbentane. Malgré son apparition tardive, ce nom très ancien, signale probablement une source au pied d’une barre rocheuse. Déjà chez les Ligures la syllabe ar signifiait eau et tan une falaise, de plus les préfixes ‘Barva’ ou ‘Borvo’ sont très répandus dans toute l’Europe. L’étymologie de Barbentane serait donc à rapprocher des villes thermales telles que La Bourboule, Barbotan les Thermes, etc....

L’époque qui suit, si elle est plus connue, est tout aussi confuse. Un jour nous étions sujets de sa Majesté le Roi de Provence, le lendemain ceux du Roi des Francs ! Situés aux abords d’une frontière nous permettaient de ne pas rester inconnus, mais de qui étions-nous les vassaux ? Une date précise doit être tout de même retenue pour cette époque : 1133. En effet, c’est cette année-là, que Barbentane voit son premier Seigneur, Guillaume de Barbentane, dont le descendant direct est toujours Barbentanais. Son nom exact est Monsieur Henri de Puget de Cabassole du Réal de Barbentane ! Marquis de son état ! Ce Guillaume habitait, à l’époque, la splendide Maison des Chevaliers qui fut terminée en 1178.

La Papauté, en s’installant en Avignon au XIVe, a au moins permis de clarifier la situation. Nous sommes devenus, pour un temps, sujets Pontificaux !

Ce n’était pas sans agréments que les Barbentanais virent la chose. Outre tous les avantages qu’ils pouvaient tirer de la situation, allègement ou exemption pure et simple des charges et des taxes, ils bénéficièrent surtout d’un embellissement architectural du village. Fortifications rehaussées, agrandissement de l’église datant de la même époque que la Maison des Chevaliers, construction de la Tour Anglica en 1364-1365. Elle est toujours droite !

Ce fut ensuite l’époque trouble de la Révolution. Si vous venez visiter le village, nous vous raconterons l’histoire, parfois saignante mais le plus souvent cocasse entre les Rouges et les Blancs, nos ancêtres. Les prises de position, forcément tranchées, de cette époque ont marqué toute l'histoire des Barbentanais jusqu'à nos jours. Les familles se passaient de générations en générations le flambeau caractéristique du clan. On naissait Rouge ou Blanc et on se devait de maintenir cette couleur au plus haut point de sa brillance tant par ses paroles que par ses actes, même les plus anodins

Les deux grands pôles économiques de Barbentane furent, dès l'origine, l'agriculture et les carrières de pierres.

Sa grande plaine alluvionnaire permettait une agriculture intense et de grande qualité, essentiellement basée, aux temps historiques, sur une culture autarcique (blé, fèves, etc...).

Puis vint l’époque béni de la culture de la Garance, première vrai culture ‘industrielle’ ! Pensez, à l’époque vers les années 1850, il fallait 1 000 Barbentanais et 600 travailleurs immigrés pour récolter cette plante ! Cette ‘manne’ fut de courte durée et s’effondra en quelques années suite à l’apparition, déjà, des colorants chimiques ! Toutefois, la construction de la ligne impériale de chemin de fer reliant Paris à Marseille via Lyon (le PLM) vers les années 1840 a permis le remplacement de la Garance par les ‘Primeurs’. En effet, les terres ayant été aplanies et irriguées, il ne restait plus qu’à planter des cyprès pour se protéger du Mistral et se lancer dans la culture de ces nouveautés. Un ensoleillement méditerranéen à nul autre pareil, conjugué avec une présence d'eau à très faible profondeur et en quantité illimitée, ont fait naître une agriculture variée de fruits (pommes, poires, pêches, etc...) et de légumes (haricots, aubergines, tomates, courgettes, etc...).

La gare ferroviaire de Barbentane, point de jonction avec la ligne de chemin de fer venant de Plan d'Orgon (13), fut même pendant assez longtemps la première gare primeurs de France !

L'éperon rocheux sur lequel est juché le village a été de tout temps exploité par les carriers. Certes, la pierre de Barbentane n'est sûrement pas la meilleure qui soit, mais elle s'est révélée indispensable pour les énormes besoins de construction tant du village que des éléments architecturaux d'Avignon et villages environnants.

Les immenses vides laissés par cette extraction au sein du village même, ont été utilisés par les habitants. Barbentane possède deux quartiers presque exclusivement troglodytes et de bonne facture puisque encore entièrement habités de nos jours.

Ces deux activités économiques sont grandes utilisatrices de main-d'œuvre et, à celle autochtone, s'est ajoutée une forte immigration Latine (Italie, Espagne) depuis des temps très anciens et a perduré jusqu'aux années 60. Depuis cette époque, l'immigration est essentiellement Maghrébine.

L'intégration sociale de tous ces étrangers est assez notable pour être relatée. Lors de leur arrivée, les nouveaux venus s’installent au plus haut du village dans le quartier le plus ancien (datant du bas moyen âge) aux habitats des plus rustiques. Au fur et à mesure de leur intégration, ils descendent vers les habitations plus techniquement modernes, situées dans la plaine. Au passage, ils entretiennent et rénovent constamment cette partie du village. On pourrait imager cette intégration, réussie jusqu’à présent, en usant de la métaphore et disant que, comme un caramel, les immigrés ont toujours nappés d’une saveur suave et colorée le gâteau du village ! Juste retour des choses, actuellement ce sont des nouveaux immigrés, ceux de l’intérieur pourrait-on dire (Parisiens, Gens du Nord, etc...), qui reprennent le flambeau, espérons qu’ils réussiront, eux aussi par leur intégration, à donner un nouveau goût au village.

Aujourd'hui, les carrières de pierre ont complètement disparues et l'agriculture a perdu de sa primauté dans l'activité principale du village. La culture Provençale, elle, reste bien vivante. Avec leurs manifestations culturelles, leurs diverses activités artistiques, les Barbentanais restent majoritairement attachés à leur culture originelle.

Bien sur, Barbentane possède aussi sa spécialité culinaire ‘Les tirettes’. Faites en pâte spéciale au secret de fabrication jalousement gardé par les Maîtres Boulangers du village, elles se révèlent indispensables pour assurer les savoureux petits déjeuners des dimanches et des jours de fêtes !

Mais Barbentane c’est aussi un succulent cadre de vie, un village de qualité aux associations nombreuses et actives avec ses commerces variés et dynamiques et ses artisans authentiques artistes de qualité.



Alpilles .com une Réalisation 2CPC-PIXEL ART - 430 Route de Maillane - 13210 Saint-Rémy-de-Provence
Tél : 04.90.26.07.48 - WEB : pixelart-web.com